Neubauer Prestige

Le blog des marques de prestige du Groupe Neubauer

Haas F1 Team roulera en Ferrari

Présente sur les grilles de départ du Championnat du Monde de Formule 1 2016, Haas Formula (rebaptisée Haas F1 Team) vient de confirmer son motoriste : Ferrari.

Gene-Haas

Écurie américaine dirigée par Gene Haas (à gauche sur la photo), Haas F1 Team disposera du V6 Turbo Hybride Ferrari pour son entrée en Formule 1, en 2016. Un partenariat qui durera « plusieurs années » et concernant la « totalité du bloc de propulsion » a déclaré Marco Mattiacci, le nouveau Team Principal de la Scuderia et ancien patron de Ferrari North America. « Les États-Unis demeurent l’un des marchés les plus importants de Ferrari et offrent de nombreuses et intéressantes opportunités » a-t-il ajouté lors de cette annonce, mercredi dernier. Avec ce partenariat, ce seront ainsi 8 monoplaces motorisées par Ferrari qui disputeront le championnat du monde 2016. Outre Haas F1 et la Scuderia elle-même, Sauber et Marussia sont les autres écuries faisant confiance au cheval cabré.

Quel rôle pour Haas F1 Team en 2016 ?

Profitant de la volonté de Bernie Ecclestone d’élargir le paddock (une ou deux nouvelles écuries), Haas F1 Team signera en 2016 le grand retour des Américains en Formule 1. Loin d’être totalement inexpérimentée, Haas F1 bénéficie de toute son expérience du sport automobile via ses succès en NASCAR (Stewart Haas Racing) aussi bien sportifs avec Tony Stewart (triple champion) que marketing avec Danica Patrick, qui a montré depuis 2011 qu’elle était aussi forte que certains et meilleure que la plupart. Néanmoins la F1 est d’un tout autre niveau et l’on voit mal un pilote de NASCAR passer à la Formule 1. L’inverse est cependant bien plus courant (Montoya, Raïkkönen, Piquet Jr, Villeneuve…).

Comme toute écurie nouvelle, Haas F1 Team devra apprendre dans un premier temps. De l’élaboration d’une monoplace aux spécificités des courses de F1 en passant par la logistique. Le budget sera le nerf de la guerre : « Quand vous entendez F1, vous savez directement à quoi cela fait référence. Une discipline internationale qui met en évidence les technologies les plus récentes et qui attire les meilleurs talents dans les domaines de l’ingénierie et de la conception » a déclaré Gene Haas en marge de l’annonce du partenariat avec Ferrari.

C’est de cet investissement initial que les deux monoplaces Haas trouveront leurs places dans la hiérarchie. Le scénario catastrophe serait une reproduction de feu HRT, mais il n’est pas interdit de connaître un succès croissant à l’image de Force India. À votre avis ?

Quel placement pour une McLaren P15 ?

Au lendemain de la présentation des 650 S et 650 S Spider, McLaren Automotive n’aurait pas tardé à passer au projet suivant. Celui connu, pour le moment, sous le nom de code P15. De quoi s’agit-il ?

McLaren-Technology-Centre

Si rien n’est confirmé par Woking, la gamme 650 S (Coupé et Spider) aurait pour vocation à remplacer à court terme la gamme 12C. Sa production est aujourd’hui officiellement en pause afin de permettre le lancement et la diffusion des 650 S. D’autre part, ce qui est certain c’est que la production de la McLaren P1 est limitée à 375 exemplaires. De fait, les 650S se retrouveraient comme les seules McLaren produites à Woking. C’est pour cela que McLaren travaillerait à un modèle intermédiaire, qui deviendrait le porte-drapeau de la marque une fois la P1 épuisée.

Honda comme motoriste ?

Affublé du nom de code P15, le nouveau projet de McLaren bénéficie d’une large palette de capacités, entre 650 et 900 chevaux. Le reste est pure spéculation, mais la rumeur qui nous plait le plus est celle faisant de Honda un partenaire clé du projet. Le constructeur japonais sera en effet le motoriste de McLaren en Formule 1 à partir de 2015. S’agirait-il d’un bloc qui sera développé à partir du V6 Turbo hybride de la F1 ? S’agirait-il d’une technologie réalisée à partir de celle employée sur la future NSX ? Le temps répondra à ces questions, cette éventuelle McLaren P15 n’est pas attendue avec 2017.

La Lamborghini Huracan surprise en plein tournage

Dévoilée peu avant Noël à travers plusieurs clichés, les vidéos du Hexagon Project et même un configurateur en ligne, la Lamborghini Huracan n’a cependant toujours réalisé sa première apparition publique. Ce sera pour le mois de mars et le Salon de Genève. Une présentation qui sera accompagnée par un film promotionnel, actuellement en train d’être tourné en Californie.

Pub-Lamborhgini-Huracan

Après 10 ans de carrière, la Lamborghini Gallardo a été retiré du catalogue après 14 022 exemplaires afin de laisser la place à la Huracan LP 610-4. Une magnifique automobile dont on salive à l’avance de la présentation officielle au salon de Genève (6-16 mars). Une rencontre avec le grand public qui sera suivie de peu par les premières livraisons. Mais depuis une petite semaine, plusieurs photos circulent sur le tournage du film promotionnel, semble-t-il aux États-Unis. On a même eu droit à une courte vidéo nous permettant d’entendre le fort rugissement du V10 5,2l, capable de délivrer jusqu’à 610 chevaux aux quatre roues.

Mais hier, le site Autoguide.com faisait mieux en nous dévoilant près d’une minute de cette Huracan orange rugissante.

Une sonorité tout à fait roque et diabolique, le tout agrémenté d’un petit dérapage. On a hâte de voir le résultat final. Au plus tard, début mars.

La galerie photo de la Lamborghini Huracan en tournage est à retrouver sur le site autoevolution.

Être propriétaire d’une Formule 1, c’est possible avec Eau Rouge Club

Certes, acquérir une Formule 1 «d’occasion» est possible à travers les ventes aux enchères, mais à quel prix ? Chez Eau Rouge Club, les tarifs sont raisonnables et le suivi inclus.

F1-Jaguar-R3_2002

D’entrée, Eau Rouge Club annonce la couleur : «Acheter une Formule 1 sans se soucier du reste». C’est effectivement dont il s’agit, pouvoir acheter et piloter sa Formule 1 sans avoir à se tracasser l’esprit sur les compétences à avoir ou engager afin d’entretenir une telle mécanique, sans la possibilité de pouvoir la piloter à son aise faute de circuit à la législation sonore adéquate.

Fondateur de LRS Formula en 2003 (stages de pilotes monoplaces et GT) après sa carrière de pilote, Laurent Redon lance à présent Eau Rouge Club. La référence au célèbre enchainement de Spa-Francorchamps (censé être passé à fond) n’est pas anodine, ici la passion et la culture F1 sont de rigueur en permettant à certains de réaliser un rêve en s’offrant une Formule 1.

Piloter la Formule 1 de Schumacher, Webber ou Villeneuve

Michael-Schumacher_Jordan-191_Spa-Francorchamps-1991

Disposant de moteurs Cosworth développant plus de 800 chevaux, cinq monoplaces sont à vendre avec un tarif d’entrée de 400 000€. On y retrouve des Jordan 191 (1991) et EJ13 (2003), une Williams FW21 de 1999 ou encore des Jaguar R2 et R3 de respectivement 2001 et 2002. Ces monoplaces ont eu pour pilotes Ralf et Michael Schumacher, Mark Webber, Jacques Villeneuve, Johnny Herbert, Giancarlo Fisichella ou encore Eddie Irvine ! Mais la vente n’est pas le but ultime ! Eau Rouge Club ajoute un accompagnement complet avec la fourniture de l’équipement, d’éléments de personnalisation, mais aussi l’entretien, la fabrication de pièces détachées si besoin. Mais le plus intéressant vient dans l’organisation de sorties sur circuit (Monza, Abu-Dabi, Spa-Francorchamps, Barcelone, Paul Ricard, Silverstone) avec coaching et entraînements.

IF

L’ensemble des monoplaces et les modifications apportées sont à retrouver sur le site de Eau Rouge Club.

La nouvelle Maserati Quattroporte moins mystérieuse

Présentée physiquement au prochain Salon de Detroit (début janvier), la Maserati Quattroporte sixième du nom devient de moins en moins mystérieuse au fur et à mesure des premiers essais presse.

Les mystères de la nouvelle Maserati Quattroporte s’éclaircissent petit à petit. Aujourd’hui, nous nous intéressons aux motorisations puisque des informations  »non officielles », mais très bien renseignées, confirment la présence d’au moins un V6 dont l’origine est américaine et d’un nouveau V8 formaté par Ferrari.

Le cousin d’Amérique

Commençons par le V6. Son origine serait américaine (comme largement sous-entendu depuis plusieurs mois) par le fruit de l’alliance entre Fiat et Chrysler (Pentastar). Il s’agirait ainsi du V6 3.6l des Chrysler 200, 300, Charger, Challenger. Néanmoins, la firme de Modène aurait largement revu le bloc afin qu’il ne cube plus que 3.0l. D’autres chiffres s’ébruitent fortement : Une puissance de 404 chevaux à 5 500 tr/min ainsi qu’un couple de 550 Nm dès 1 750 tr/min. Le boîte de vitesse demeure une inconnue mais il se dit ainsi que le 0 à 100 km/h serait accompli en 5,1 secondes avant d’envisager une vitesse de pointe à 285 km/h. Impressionnant pour la limousine italienne dont la-dite variante pèserait à peine 1 860 kilos, certainement qu’une transmission intégrale aidera.

Notez que cette motorisation  »d’entrée de gamme » devrait être prolongée sur les futures Levante et Ghibli.

Le frère de Maranello

La deuxième (seconde ?) motorisation de la nouvelle Quattroporte sera un nouveau V8. Fabriqué par Ferrari, il s’agirait d’une 3.8l suralimenté par deux turbos. La puissance propulsée serait de 523 chevaux pour un couple oscillant entre 649 Nm et 710 Nm à 2 000 tr/min grâce à une fonction  »overboost ». Un rien plus lourde (1 900 kg), la Quattroporte V8 présentera évidemment de meilleures performances que le V6 faisant du 0 à 100 km/h une formalité accomplie en 4,7 secondes pour une vitesse de pointe de 307 km/h !

Quid de la sémantique ? La version V8 sera-t-elle la Quattroporte S ou bien doit-on à s’attendre à de futures versions S et Sport GTS ou seulement Sport GTS (au-delà d’une éventuelle LWB) ? Vous l’avez compris, nous n’avons pas fini d’en parler !

-> Les présentations

-> Retrouvez nos occasions Maserati Quattroporte par ici