Neubauer Prestige

Le blog des marques de prestige du Groupe Neubauer

Abarth 695 Edizione Maserati, concentré de luxe et de puissance

Intercalé entre Ferrari et Fiat, le stand Abarth proposait une édition très spéciale de sa 500 bodybuildée : L’Abarth 695 Edizione Maserati.

À 38 450 euros, voilà la Maserati neuve la moins chère du marché ! Cependant, l’Abarth 695 Edizione Maserati n’est pas la citadine surprise de la marque au trident, mais bien une énième version musclée de la Fiat 500 que le préparateur attitré de Fiat, Abarth (en collaboration avec Maserati afin de célébrer les 30 ans des Mille Miglia), a eu le plaisir de nous dévoiler au Mondial de l’Automobile de Paris après la présentation du concept 695 Tributo Maserati au dernier salon de Genève. Cette série spéciale de 499 exemplaires (réservée à l’Europe) est une véritable petite bombe sur quatre roues avec un moteur 1,4l Turbo T-Jet proposant 180 chevaux et 250 Nm de couple (le concept pèsait 1 045 kg) transmis aux roues arrière grâce à la boîte de vitesses manuelle robotisée  »Abarth Competizione » avec commandes au volant ! Une progression de 40 chevaux par rapport à l’Abarth 500C qui est la version de base au projet.

De la puissance et du luxe !

C’est chevaux aux vents que cette Abarth 695 se pilote. Une capote anthracite se mariant de fort belle manière au Bordeaux Pontevecchio nacré que Maserati aime tant. Mais ce n’est pas le seul rappel à la firme au trident, visez les jantes alliage 17 pouces, ressemblantes trait pour trait aux Neptune Nero.

À bord, le chaleureux cuir beige Poltrona Frau nous enveloppe jusqu’au pédalier sport en aluminium tandis que les appuis-tête sont frappés du nombre 695. Si toutefois le vroooom de la double sortie d’échappement ne vous suffisez guère, cette 695 Abarth Edizione Maserati bénéficie par ailleurs d’un système audio JBL avec 9 haut-parleurs pour une puissance de. 400 watts ! Une petite citadine exceptionnelle de vélocité et qui possède toutes les caractéristiques des grandes berlines de luxe !

Ce qu’il faut retenir du Mondial de l’Auto 2012 (part 2)

Le Mondial de l’Automobile a fermé ses portes dimanche soir. Voici la seconde partie de notre rétrospective avec les  »italiennes ».

Évolutions chez Lamborghini

Il faut reconnaître que Lamborghini a quelque peu déçu au Mondial 2012 par rapport à 2010. Cette année là, la firme au taureau présenta la Sesto Elemento. Un concept car presque entièrement en fibre de carbone et doté d’un V10 de 570 chevaux qui sera finalement produit à 20 exemplaires pour de prestigieux clients. Cette année, Lamborghini nous a proposé la version 2013 de l’Aventador, capable de déconnecter la moitié de ses 12 cylindres (et équipée d’un Stop&Start) ainsi que deux ultimes variantes de la Gallardo. D’ailleurs l’Edizione Tecnica (photo) permet à la firme de Sant’Agata Bolognese de lancer son programme de personnalisation afin de concurrencer les programmes Bespoke britanniques.

-> Lamborghini Aventador 2013 : (un peu) plus sobre

-> Deux ultimes Gallardo présentées à Paris 

Ferrari toujours en lumière

Certes, Ferrari n’a pas présenté à Paris de nouveauté si ce n’est une option supplémentaire pour la FF, à savoir un toit vitré panoramique. Mais il faut reconnaître qu’avec cinq modèles proches de tous, la marque au cheval cabré a su se faire une nouvelle fois aimer. Mais ce n’était pas tout puisqu’était présente la monocoque de la F70, la supercar appelée à succéder à la Ferrari Enzo. Un morceau de carbone et de kevlar qui se trouve être un nouveau teaser d’une automobile d’exception qui pourrait non plus être présentée à Genève, mais peut-être bien à Detroit, en janvier prochain.

-> Un toit vitré panoramique sur la Ferrari FF

-> La monocoque de la F70 sur le stand Ferrari

Beaucoup d’informations chez Maserati

Outre la présentation de la GranCabrio MC Stradale, Maserati a profité du Mondial de l’Auto 2012 pour annoncer le programme des festivités à venir. La sixième génération de Quattroporte en 2013,sa version plus courte pour 2014, de même que le SUV entraînant une valse des noms alliant hommage et date anniversaire !

-> GranCabrio, MC Stradale aussi !

-> Chez Maserati, pas de GranSport, mais des infos !

-> La partie britannique du bilan 

Ce qu’il faut retenir du Mondial de l’Auto 2012 (part 1)

Le Mondial de l’Automobile ferme ses portes ce dimanche. Retrouvez en deux articles l’essentiel des nouveautés de la Porte de Versailles. Aujourd’hui, les  »Britanniques ».

Jaguar F-Type, le buzz du salon

Dans la catégorie luxe et sportivité, la Jaguar F-Type est incontestablement la voiture qui a attiré le plus de curieux. Le roadster au félin se montrait pour la première fois à Paris dans sa version de série. Le constructeur de Coventry en a également profité pour officialiser les informations clés, à savoir les motorisations (V6 de 340 et 380 ainsi que le V8 5,0l de 495 chevaux) et les prix (à partir de 70 000 euros pour la variante V8 S, 53 000 pour le moins fougueux V6).

-> Jaguar F-Type, 38 ans après..

-> Le configurateur en ligne sur JaguarUSA

Autre nouveauté, mais largement occultée par la F-Type, la présentation des Jaguar XJ et XF renforcées par le V6 340 ch, une transmission intégrale et une boîte ZF 8 rapports.

McLaren P1, pétard mouillée ?

Après de longs mois d’attente et une série de teaser, McLaren a présenté la remplaçante de la F1. Du moins, un concept car non roulant baptisé P1. Sensationnelle de part ses lignes et son aérodynamisme, cette coquille vide demande encore du travail avant de rouler et prétendre aux performances promises par McLaren Automotive, dont c’était la première année de présence  au Mondial.

-> La McLaren P1 dévoilée

Succès pour le Range Rover 4

Dans le même pavillon que Jaguar et McLaren Automotive, Land Rover n’a pas eu à rougir. Une foule importante s’est présentée face au Freelander 2 restyllé, mais surtout face au nouveau Range Rover. Ce quatrième opus est placé sous le signe de l’efficience avec près de 400 kilos gagnés grâce à l’introduction de l’aluminium dans le châssis. De quoi faire baisser consommations et émissions tout en maintenant et améliorant un haut niveau d’équipements.

-> Découvrez le nouveau Range Rover en vidéo

-> Land Rover Freelander 2, revu et corrigé

-> La partie italienne du bilan

Jaguar pense déjà à deux futurs modèles

À peine la Jaguar F-Type présentée au Mondial de l’Automobile 2012, que l’on apprend que la firme de Coventry planche sur deux nouveaux modèles, dont un SUV.

Automobile des plus remarquables et remarquées du Mondial de l’Auto 2012, la F-Type aurait pu laisser entendre que Jaguar allait se concentrer à court terme sur le déploiement d’une gamme symbolisant le retour de la sportivité chez la marque à entendre Adrian Hallmark : « Sans une nouvelle voiture de sport dans notre gamme, les gens auraient pu oublier l’identité de Jaguar ». Néanmoins, le patron de la marque n’oublie pas les segments occupés par Jaguar depuis des décennies et annonce deux nouveaux projets :

La priorité : un SUV

Ainsi, peu de temps après avoir affirmé que la sportivité devait être remise au coeur de Jaguar, Adrian Hallmark affirme qu’il est temps pour Jaguar de se lancer dans la bataille du SUV de luxe. Après tout, l’ensemble du secteur de l’automobile de luxe s’y est mis. De Porsche à Lamborghini, de Bentley à pourquoi pas Rolls-Royce.. sans parler du succès du Range Rover Evoque ! Il est également évoqué une berline d’entrée de gamme. « Quoique nous fassions, nous gardons l’esprit à l’esprit les trois piliers de notre marque : l’innovation, le design et la performance. Ils sont appliqués à des degrés différents selon le type de voiture, mais ils doivent toujours être présents ». Une phrase très intrigante et plutôt compliquée à mettre en adéquation avec une  »berline d’entrée de gamme », terme assez barbare reconnaissons le. Réponse à Francfort dans un an ?

Lamborghini Aventador 2013 : (un peu) plus sobre

Certes, ce qu’on attend d’une Lamborghini Aventador n’a rien à voir avec les problématiques écologiques. Qu’importe, la mode est à l’efficience et c’est avec un Stop&Start et un système de désactivation de la moitié des cylindres que la furieuse italienne se présente au Mondial de l’Automobile de Paris.

Nous vous en parlions le 31 juillet, au Mondial de l’Automobile de Paris, Lamborghini prévoyait de présenter une Aventador 2013 bénéficiant d’apports technologiques permettant d’abaisser quelques peu les consommations sans pour autant toucher à l’esthétique, hormis de nouvelles jantes  »Diane ». Lors des journées presse, le stand Lamborghini présentait à tous trois Gallardo. Depuis une Aventador de couleur gris (paraît-il vendue durant le salon) a remplacé la Gallardo Spyder, tandis que le Superleggera Edizione Tecnica a pris la place de l’exemplaire bleu. Pour ceux qui ont la chance de gravir les quelques marches du salon privé, ils auront l’opportunité de découvrir cette Aventador 2013 dans une livrée rouge.

Désactivation de la moitié des cylindres du V12

Moins qu’un restylage, l’Aventador 2013 est une mise à jour efficiente. La supercar italienne reçoit un Stop & Start aidé par des supercaps, des batteries à charge et décharge rapide capable de redémarrer la V12 6,5l sans pour autant sacrifier la batterie. De fait, le V12 redémarre en 190 millisecondes !

Autre nouveauté, un système de déconnexion partielle des cylindres. Jusqu’à 135 km/h (tout en ménageant le régime moteur), 6 des 12 cylindres sont déconnectés. Ce CDS (Cylinder Deactivation System) permet à la LP 700-4 d’économiser 7% sur sa consommation moyenne, la ramenant ainsi en cycle mixte à … 16l/100 km ! Plus intéressant encore, à une vitesse stabilisée à 130 km/h (limitation de vitesse de nos chères autoroutes) cette technologie permet une réduction de 20% de la consommation ainsi qu’un abaissement des rejets de 398 à 370 g/km de CO2.

Pas d’hybride

Face aux travaux de McLaren (P1) et de Ferrari (F70), il était intéressant de demander à Stefan Winkelmann si Lamborghini entendait se mêler à la lutte. Selon des propos rapportés par les Australiens de Car Advice, le firme au taureau n’est en rien intéressé par les motorisations hybrides, considérés comme non compatibles avec les modèles de la marque. Sauf que depuis, il a laissé entendre que le SUV Urus pourrait embarquer une motorisation hybride s’il venait à être produit. Le PDG de la firme de Sant’Agata Bolognese préfère miser sur une stratégie d’allégement et d’efficience mécanique afin de faire baisser consommations et rejets. Un chiffre est annoncé : Une baisse des émissions de CO2 de 35% d’ici trois ans. Cela ressemble à l’un des challenges principaux de la future Cabrera.