Neubauer Prestige

Le blog des marques de prestige du Groupe Neubauer

Maserati se porte à merveille, même en France.

Si le climat économique est morose en France, il n’est pas interdit aux entreprises d’être performantes. Par exemple, Maserati est sur le route d’un record de ventes. Des volumes en progression de 410% sur le seul premier semestre 2014.

Maserati-Centennial-Tour-2

Constructeur ambitieux à la faveur d’une nouvelle stratégie industrielle et d’une  nouvelle gamme, Maserati ambitionne la production (et la vente) de 50 000 automobiles en 2015. La firme au trident tient son tableau de marche, avec un record de ventes de 15 400 Maserati en 2013, contre 6 200 en 2012. Une progression qui se poursuit en 2014. Et le marché français contribue. Pour le seul mois de juin, 46 Maserati ont été immatriculées en France, 235 depuis le début de l’année. Les chiffres sont implacables : Les ventes connaissent sur le premier semestre 2014 une progression de 410% ! Une donnée comparable à la progression européenne : 1 330 unités entre janvier et juin, soit + 464%.

Des automobiles convaincantes, une stratégie implacable.

Si les chiffres sont impressionnants, l’objectif final est encore loin d’être atteint. À l’échelle européenne, Maserati mise sur 8 000 ventes en 2016. Autrement dit, les trois quarts du chemin restent à parcourir ! Mais la firme au trident est confiante grâce à son nouveau site de production de Giuglasco (l’ancienne usine Bertone) dont le rendement maximal est loin d’être atteint puisqu’en plus des nouvelles Quattroporte et Ghibli, y seront produites le SUV Levante, puis les nouvelles générations de GranTurismo et GranCabrio.

Maserati en tournée d’été

Maserati-Centennial-Tour

Fêtant son centenaire en 2014, Maserati part également à la rencontre de sa clientèle et de tous ceux qui aiment l’automobile de luxe et sportive. Le Maserati Centennial Tour* propose de découvrir en avant-première la GranTurismo MC Stradale Edition Centenario, la Quattroporte GTS ainsi que la Ghibli (en diesel et S Q4) dont l’exposition est particulièrement marquée à Saint-Tropez (Nikki Beach) du 10 au 31 juillet, à Biarritz (Hôtel du Palais) du 4 au 31 août et à Montpellier (La Voile Bleue) fout l’été (juillet et août).

* Le Maserati Centennial Tour a débuté à Saint-Tropez, au Nikki Beach du 10 au 14 juillet, se poursuit à Porto Vecchio, sur le port, du 17 au 20 juillet et s’achèvera à Antibes, domaine des Artistes, du 24 au 27 juillet.

Photos : Maserati France via Artman Agency.

Le concept Alfieri s’éclaircit la voix

Présenté au salon de Genève en mars dernier comme le coup d’envoi des festivités du centenaire de Maserati, le concept Alfieiri était la semaine dernière l’une des vedettes du concours d’élégance de Villa d’Este. L’occasion de l’entendre s’exprimer (un peu).

Maserati-Alfieri-Concept

En remportant le titre de plus beau prototype du Concours d’élégance de Villa d’Este, la Maserati Alfieri s’est rappelée à nos souvenirs émus du mois de mars, lorsque la firme au trident dévoila cette GT au salon de Genève. Depuis on a appris que le passage à la production était validé, tout comme le calendrier. 2016 pour la version Coupé tandis que le Cabriolet suivra en 2017. Une mission commune, venir troubler le marché des 911 et F-Type.

Mais revenons au concept Alfieri. Mué en l’état par le V8 4,7l, il s’est fait entendre auprès des visiteurs du concours d’élégance de Villa d’Este. Une sonorité très roque que l’on ne devrait pas retrouver lors du passage à la production avec le nouveau V6, forcément moins volubile. Mais sait-on jamais avec le nouveau V8 embarquant sous le capot des nouvelles Quattroporte et Ghibli.

Vidéo : NM2255 Car

-> Les ambitions de Maserati revues à la hausse.

Retour vers le futur : Maserati 250F

S’il ne doit être citée qu’une seule Maserati sur des critères purement sportifs, c’est la 250F qui fera l’unanimité. Une monoplace dont la production débuta en 1954. Dédiée à la Formule 1, la 250F offrit à Maserati le titre constructeur en 1957.

3-Maserati-250F

Fin 1953, la formule 2 litres expire et le règlement de la Formule 1 octroie pour le championnat 1954 une cylindrée de 2,5l. Une annonce surprise pour Maserati qui travaillait sur la A6GCM (2 litres). Qu’importe, Gioacchino Colombo, Alberto Massimino et Vittorio Bellentani s’adaptent et dessinent (en compagnie de Valerio Colotti pour le châssis tubulaire en treillis et Medardo Fantuzzi pour la carrosserie) une monoplace dotée d’une moteur 6 cylindres de 2 500 cm3. Baptisée initialement (et très logiquement) 6C 2500, elle sera renommée 250F. 250 pour la référence à la cylindrée, la lettre F pour son application à la Formule 1. Le tout pesant à peine 650 kg !

Maserati-250F

D’autres nouveautés embarquaient dans la 250F comme le pont arrière De Dion avec tube rigide placé juste devant l’essieu arrière. La boîte de vitesse se veut transversale et solidaire du différentiel. Initialement à 4 rapports, elle passe à 5 en 1955.

En 1957, la 250F Tipo 2 se dote d’une motorisation V12, peu convaincante en dépit d’une puissance maximale passant à 320 chevaux, soit 80 équidés de plus que le modèle de 1954.

Premier Grand Prix, première victoire.

Volant-Maserati-250F

L’Histoire de la Formule 1 retient que la Maserati 250F remporta le premier Grand Prix sur laquelle elle fut engagée, le 17 janvier 1954 en Argentine, entre les mains de Juan Manuel Fangio. On peut même dire que l’Officine Alfieri Maserati réalisa un fantastique quadruplé sur le circuit Oscar Alfredo Galvez entre 250F et A6SSG. Le futur champion du monde 1954 gagna également le Grand Prix de Belgique, à Spa, avant de s’engager avec Mercedes.

Des pilotes de légende en Maserati 250F

Stirling-Moss-Maserati-250F

Outre Juan Manuel Fangio, qui revint en 1957 achever ce qu’il avait commencé, à savoir être champion du monde. D’autres pilotes de légende ont tenu le volant de la 250F. Sa mécanique à la fois fiable et puissante, combinée aux talents de ces pilotes ont écris la légende d’une monoplace gagnante ou régulièrement sur le podium avec notamment Jean Behra, Masten Gregory ou encore Sir Stirling Moss qui déclara, lors de ses adieux à la compétition, que « la Maserati 250F représente la meilleure Formule 1 à moteur avant qu’un pilote puisse jamais rêver de conduire ». Une belle conclusion.

Par ailleurs, l’exposition Maserati au MotorVillage est prolongée jusqu’au 25 mai.

avec Maserati100.fr

2-Maserati-250F

Toujours plus d’ambition chez Maserati

Très attendu, le plan de relance du groupe Fiat Chrysler Automobile a été détaillé marque par marque. Et chez Maserati, l’ambition est plus que jamais au rendez-vous avec la commercialisation de l’Alfieri à partir de 2016 et des volumes de ventes devant atteindre les 75 000 unités en 2018.

Sergio-Marchionne

C’est un plan ambitieux que Sergio Marchionne a dévoilé pour le groupe Fiat Chrysler Automobiles. L’administrateur délégué du groupe a détaillé mardi, marque par marque, les objectifs assignés. Chez Maserati, les ambitions sont au rendez-vous, dans la droite lignée de ceux des 50 000 voitures vendues en 2015. Désormais, on doit parler de 75 000 exemplaires vendus d’ici 2018, sachant que la firme au trident en a écoulé 15 400 véhicules en 2013 et 6 200 en 2012. Une ambition rendue possible par le renouvellement de la gamme Quattroporte et Ghibli, à laquelle il faut ajouter les nouveautés à venir.

Une base plus large chez Maserati, mais une volonté sportive affirmée.

Le prochain modèle au trident à voir le jour sera le Levante. Le premier SUV de l’Histoire de Maserati, annoncé par le document de travail en 2015. Ce SUV de luxe devra permettre d’atteindre l’objectif initial des 50 000 exemplaires vendus en 2015, notamment grâce un large palette de motorisations. L’ensemble de ses motorisations étant jumelé à une transmission intégrale.

  • V6 essence de 350 et 425 chevaux
  • V6 diesel de 250, 275 et 350 chevaux
  • V8 de 560 chevaux

Sur ce large base, Maserati s’attachera à entretenir sa vocation sportive avec la mise en production de la version de série du concept Alfieri présenté à l’occasion du salon de Genève, en mars dernier. Une version Coupé qui sera suivi en 2017 par un cabriolet. Les deux modèles auront une gamme de motorisation commune : V6 de 410 (en propulsion), 450 et 520 (transmission intégrale) chevaux. Objectif, semer la pagaille dans le marché des F-Type et 911.

D’ici 2018, les gammes Quattroporte et Ghibli seront renforcées par un nouveau V8 de 560 chevaux. Le vaisseau amiral se dotera comme annoncé d’une motorisation diesel de 340 chevaux.  Les ambitions de Maserati jusqu’en 2018 se conclurons enfin par la présentation de la nouvelle GranTurismo. D’ici la fin 2018, Maserati devrait avoir lancé une nouvelle voiture par an.

Maserati s’expose au MotorVillage

Situé sur le rond des Champs-Élysée à Paris, MotorVillage est la vitrine du groupe Fiat-Chrysler, mais aussi une célébration de l’art de vivre, à l’italienne bien sûr. Jusqu’au 11 mai, le showroom présente une exposition Maserati. L’occasion de parfaire ses connaissances et (re)découvrir découvrir la Ghibli, l’année du centenaire de la marque au trident.

1967-Maserati-Ghibli-Spyder

L’exposition Maserati du MotorVillage tourne essentiellement autour de la Ghibli, mais pas seulement. Outre la nouvelle Ghibli, revisitée par ailleurs par l’artiste Karl Lagasse, la maison italienne du rond-point des Champs-Élysées dispose de l’une des 125 Ghibli Spyder de 1967. Une oeuvre d’art dessinée par Giorgetto Giugiaro. Outre les Ghibli, l’expo Maserati offrira (gratuitement) la contemplation de la 250F, une Formule 1 qui permit à Juan Manuel Fangio de conquérir sa cinquième et dernière couronne mondiale en Formule 1, c’était en 1957. La 250F, une monoplace qui fait également la liaison avec Sir Stirling Moss, Alberto Ascari, Jean Behra, Jose Froilan Gonzalez, Jack Brabham ou encore Maria Teresa De Filippis et Carroll Shelby.

L’exposition est prolongée jusqu’au 25 mai.

MotorVillage, 2 rond-point des Champs-Élysées, Paris 8ème.

Ouvert du lundi au jeudi de 12h à 20h, le vendredi et le samedi de 12h à 21h et le dimanche de 12 à 19h.

Plus d’informations sur le site de MotorVillage.